M. Jean-Charles Dubé

M. Jean-Charles Dubé

Nous vous annonçons avec une profonde tristesse le décès de Jean-Charles Dubé, époux de Louise Pelletier, à Salaberry-de-Valleyfield, le 2 avril 2021, à l’âge de 62 ans. Outre son épouse Louise, il laisse dans le deuil sa mère Mme Germaine Guay, son père M. Philippe Dubé, son fils adoptif Julien (Leïla), ses petits-enfants Sofia et Clara, son beau-fils Sébastien (Claudia), ses frères et sœurs Jacques (Karine), Madeleine (Marc-André), Lucie (feu Claude), Paul (Lise), Danielle (Martin), ses beaux-frères et ses belles-sœurs, Claude, feu Raymond (Hélène), François (Maguy), neveux et nièces ainsi que parents et amis. En raison des circonstances entourant la pandémie, il y aura ultérieurement une célébration privée ainsi que l’inhumation avec les membres de la famille. En sa mémoire, vous êtes invités à signer votre carte d’assurance-maladie pour donner votre consentement au don d’organes. Son épouse tient à remercier tout le monde pour tous les beaux mots de sympathie et de condoléances.

Hommage à Jean-Charles

Mon amour, mon ami, mon chéri, mon amant, mon mari,

Tu nous a quittés trop vite, beaucoup trop tôt ! Tu voulais voir les bourgeons du printemps, l’éclosion des vivaces de notre jardin et les oiseaux revenir. Tu aimais tellement t’asseoir dans la verrière au grand soleil et admirer ta belle cour dans ta maison que tu adorais. Tu souhaitais exprimer tes vœux à ta chère mère pour son 94ème anniversaire de naissance. Tu me disais souvent de ne pas m’inquiéter et que tu serais aussi présent le 7 mai pour mes 60 ans. Eh bien, sache que malgré ton départ, tu demeures omniprésent dans mon cœur et mon esprit !

Tu avais une telle joie de vivre ! Grand optimiste, tu as été si résilient, gardant ton beau sourire, parfois délicieusement espiègle, jusqu’au moment où le dernier espoir s’est estompé quand nous avons appris que la double greffe n’était plus possible. Tu ne te plaignais jamais et tu n’arrêtais pas de me remercier pour les bons soins que je te prodiguais et que tu méritais tellement. J’aurais continué encore longtemps à m’occuper de toi car, jusqu’à ta toute dernière semaine d’existence, tu continuais à aimer la vie et vouloir aller encore plus loin.

Tu aimais nous rappeler comment nous nous étions rencontrés, ce décisif coup de foudre lors d’un mariage où on nous avait par hasard assis côte à côte. Souvenirs d’une main dans tes longs cheveux… d’une danse latine en fin de soirée… et nous finissions la soirée ensemble…et notre vie ensemble ! Tu aimais également dire que nous nous étions mariés le 7 du 7 en 2007, et ce, à la campagne car nous étions tous les deux amoureux de la nature, et aussi que nous étions nés tous les deux un 7, toi en décembre et moi en mai. Décidément un chiffre chanceux pour nous deux et cela a effectivement bien fonctionné pendant 27 belles années remplies de magnifiques aventures. On se complétait à merveille et on se suffisait ensemble. Nous avions une belle complicité entre nous.

Je m’ennuie déjà terriblement de cette belle petite question que tu m’as répétée tous les jours, et cela, pendant des années: « est-ce que je t’ai dit que je t’aimais aujourd’hui ? » Ton amour m’a rendue si heureuse.

Tu étais un grand romantique et tu aimais beaucoup m’offrir des fleurs à tout moment, à l’improviste (sauf à la St-Valentin !), avec des arrangements exotiques. La fois où tu m’as le plus surprise est quand je suis rentrée un soir du bureau où 50 magnifiques roses m’attendaient pour fêter notre cinquantième mois d’anniversaire de mariage!! Tu avais toujours de délicates attentions pour me gâter ou me surprendre avec des cadeaux originaux.

Tu m’as initiée au tennis afin qu’on puisse éprouver le plaisir de regarder un sport ensemble, après avoir essayé maintes fois avec le football, mais en vain. Pour ma part, j’ai été contente d’avoir réussi à te faire aimer les comédies musicales !! Qui se souvient de notre expérience à New-York avec « Hair »?

Tu étais un grand amant de la nature, des couchers de soleil, de l’eau et de la voile. Tu étais fier de notre petit nid d’amour au bord de l’eau à St-Anicet. Tu m’a appris le nom de 67 oiseaux observés à notre chalet que nous affectionnions tellement. J’aime à me rappeler les réunions avec nos familles et nos amis, à l’occasion de nombreuses fêtes, sur le bord de l’eau et en se réchauffant auprès d’un joli feu de foyer. Même le rituel annuel d’installation ou de démantèlement du quai y était un prétexte à la franche rigolade conviviale.

Comment pourrais-je oublier tes nombreuses qualités ? Ton grand sens de l’humour si caractéristique, jamais déplacé ni blessant, qui te rendait immédiatement sympathique aux yeux de tous. J’appréciais au plus haut point ton intégrité, ta fidélité, ta générosité, ta ponctualité, ta sociabilité, ta bonne humeur, bref il était donc facile de vivre avec toi ! Bon cuisinier, tu faisais souvent des recherches sur internet pour découvrir de nouveaux mets, de nouvelles recettes, mais tu étais sévère envers toi-même. Pourtant, tous tes amis adoraient ta cuisine, moi la première !

Je me souviens de ton soutien, ta compassion et ta compréhension lors des décès de mes proches : ma chère mère, notre bon ami Marc, mon frère Raymond et mon chat Balaf. Tu avais toujours ces belles attentions pour m’aider à passer au travers de ces moments douloureux. Grâce à toi, mon chéri, j’ai réussi à surmonter ces périodes difficiles sans m’effondrer. Merci, mon amour, pour ces gestes et ces mots délicatement offerts!

Tes connaissances s’étendaient sur énormément de sujets. Tu lisais et tu regardais continuellement toutes sortes de reportages instructifs à la télé.
Tu as travaillé plus de 20 ans comme infographiste au réseau TVA et je sais que tu étais très apprécié par toute ton équipe.

En matière de goûts musicaux, tu disposais d’une vaste palette. Tu aimais autant la musique québécoise que la française ou l’américaine . Le premier disque que tu t’étais procuré, c’était « Harvest » de Neil Young, surtout pour « Searching for a heart of gold. » mais d’après toi, toutes les chansons de l’album étaient bonnes. Jusqu’aux dernières semaines de ton existence, nous adorions nos soirées d’écoute sur Youtube et quel plaisir tu me donnais en trouvant toutes les chansons que j’aimais tant, tandis que toi, tu me regardais danser en souriant !!

Je vais garder tellement de beaux souvenirs de notre vie passée ensemble. Entre autres, nos voyages au Maroc, au Guatemala et en Espagne, ainsi que nos nombreuses vacances dans le sud. Tout le monde voulait partir en voyage avec toi, car tu planifiais, organisais et réservais le tout pour des vacances sans souci et surtout agréable. Tu savais vraiment comment trouver les bons « deals » Tu aurais tellement voulu avoir le temps pour faire plein d’autres voyages avec moi, comme l’Asie ou Los Angeles ou pleins d’autres endroits en Europe… Et sans oublier tous ces merveilleux moments de camping, au bord d’un lac ou de la mer, si agréablement partagés avec les nôtres: fils, famille et amis.

Ta plus belle aventure, avant de me connaître, demeure sans conteste ton grand voyage sur la rivière Nahanni, qui coule majestueusement dans les Territoires du Nord-Ouest et qui creuse des canyons spectaculaires. Tu en parlais toujours avec une si grande fierté d’avoir eu la chance de faire ce »trip » inoubliable.

Grand amateur de hockey, cela nourrissait entre autres ta relation avec ton fils Julien. Tu aurais beaucoup aimé voir grandir tes deux petites-filles Sofia et Clara. Fort joueur d’échecs, tu avais développé une complicité avec mon fils Sébastien, basée sur une saine rivalité, à partir d’un défi original que tu lui avais lancé. Tu aimais tant nos deux fils et tu parlais toujours de ces deux grands garçons avec une si grande fierté. Tu trouvais que nous ne les voyions pas assez souvent même si nous comprenions que leurs vies étaient très chargées.

Ta famille et ta belle-famille étaient aussi très importantes dans notre vie. Tu avais hâte de les retrouver, prendre un petit verre ensemble et de jouer à des jeux de société. Tu ne voulais jamais manquer ces belles réunions familiales et tu prenais un grand plaisir en t’impliquant pour rendre hommage à tes chers parents que tu aimais beaucoup.

Aujourd’hui, tu es parti mais tu resteras dans nos cœurs pour toujours. Tout le monde qui te connaissait t’aimait, t’appréciait, te voulait comme ami !! Et tes amis sentaient comment tu savourais leur présence lors de soirées inoubliables passées en leur compagnie.

Tu me manques tellement et j’ai peur de ne pas retrouver mes repères sans toi. Quel grand vide tu fais déjà autour de moi ! Je te vois partout dans la maison et tu vas rester pour toujours dans mon coeur. C’est la fin d’une belle histoire d’amour, il faut que je referme le livre et en commence un autre avec de nouvelles aventures.

Repose en paix et, ce soir, je dégusterai un petit gin tonic, ton drink préféré, pour célébrer la fin de notre magnifique vie ensemble, remplie d’amour et de bonheur.

Adieu mon amour, mon ami, mon chéri, mon amant, mon mari !

Ta chérie Louise xxxxxxx

Offrez vos condoléances à la famille de M. Jean-Charles Dubé

Messages de sympathie

  1. Julien Boulanger dit:

    Mon père, toi et moi on était vraiment fait pour s’entendre

    Tu étais un homme fondamentalement bon, une personne avec qui il fait bon vivre et qui sait créer cet environnement dans lequel les gens se sentent bien, à leur place et heureux.

    J’ai souvent dit à qui voulait bien l’entendre que tu demeurais, malgré les années qui passaient jeune de cœur et d’esprit. C’est un trait de ta personnalité qui m’a toujours fasciné et que j’appréciais énormément. Certes, tu étais définitivement un homme curieux, brillant, persévérant, généreux, capable d’articuler toutes sortes d’idées et de discuter d’une tonne de sujets, mais tu avais aussi un côté boute-en-train caractérisé par ton humour, cette façon bien à toi de rire, de faire rire, de blaguer avec légèreté sans trop se prendre au sérieux.

    C’est probablement ça et une combinaison heureuse de bien d’autres choses qui ont contribué à ce que s’établisse entre nous une profonde connexion dès nos premières rencontres. Je reste, encore à ce jour, admiratif et touché par le grand gaillard fraîchement revenu des territoires du Nord-Ouest qui a trouvé le moyen de développer une complicité impressionnante avec un petit bonhomme d’à peine 3 ans.

    Que ce soit toutes ces années où tu as suivi et encouragé ma modeste carrière sportive, les nombreuses parties de hockey que nous avons suivies avec intérêt à la télé et en personne ou encore les merveilleux étés passés en camping à Ausable Point, tu avais ce don de rendre tout plus vivant, amusant et mémorable. Les exemples du bon temps que nous avons partagé sont tout simplement trop nombreux pour en dresser une liste, mais au final ce que je réalise c’est qu’à travers tout le plaisir et le bonheur vécus dans ces moments, tu as contribué à façonner la personne que je suis devenu aujourd’hui. Tu m’as transmis des valeurs fortes et nobles, tu m’as appris à ne pas trop me prendre au sérieux, tu m’as permis de forger mon caractère, mais surtout tu as été un père pour moi, un vrai père, un bon père, un père présent, dévoué et honnête qui m’a toujours donné l’heure juste et fait sentir que j’avais, en moi, les moyens de mes ambitions. Je ne te remercierai jamais assez d’avoir été là pour moi aussi longtemps que la vie te l’aura permis.

    C’est les larmes aux yeux que j’écris les dernières lignes de mon témoignage. Malgré toute ta résilience dont tu as fait preuve et le soutien extraordinaire que Louise t’a offert durant ces dernières années plus difficiles, ton corps t’a finalement abandonné et tu nous a quitté beaucoup trop tôt. Il y a encore tant de choses que j’aurais voulu partager avec toi et ton départ m’attriste profondément. Perdre un homme comme toi, ça laisse inévitablement un grand vide et ce, pour beaucoup de gens qui t’aimaient énormément.

    Je me dis par contre que la meilleure manière de combler au moins un peu ce vide et d’honorer la mémoire d’un homme aussi extraordinaire c’est de se remémorer et partager le plus souvent possible tous ces souvenirs impérissables que nous avons emmagasiné au fil des ans.

    Même si la vie en a décidé autrement, je sais que mes filles auraient adoré grandir aux côtés de leur grand-papa et je ne manquerai pas de raconter à tes petites filles, à quel point tu étais un homme génial.

    Je me sens tellement privilégié d’avoir trouvé un homme et un père comme toi sur ma route et tu resteras pour toujours dans mes pensées et dans mon cœur.

    Repose en paix

    Je t’aime

    Ton fils Julien


  2. Sébastien dit:

    Tu es arrivé dans ma vie à un moment où j’avais grandement besoin d’une figure paternelle et je t’en suis éternellement reconnaissant aujourd’hui. Créer des liens avec un adolescent ne doit pas être une tâche facile mais tu as persévéré et finalement tu as réussi à gagner ma confiance en exploitant mon côté compétitif et mon amour pour les jeux. Qu’il s’agisse d’essayer de battre nos temps de course les plus rapides sur un jeu vidéo ou de m’apprendre à tirer aux fléchettes jusqu’à ce que je puisse te battre une fois sur dix, je garderai toujours une place bien spéciale dans mon cœur pour nos longues parties d’échecs qui duraient jusqu’aux petites heures du matin. Tu étais possédé d’une rare joie de vivre et je me souviens avec tendresse comme tu aimais chanter autour d’un feu de camp. Ta gentillesse, ton sens de l’humour et ton côté cocasse et spontané faisaient de toi la définition même de l’homme idéal. Tu as donné suffisamment d’amour et de confiance à ma mère pendant ces 27 belles années pour lui durer toute une vie. Tu nous manques déjà énormément mais nous t’aurons à jamais dans notre cœur et nos pensées. Puisque tu adorais tant l’eau et rêvais de naviguer sur un bateau je me dis que s’il y a une continuation après la vie, j’espère un jour t’y rejoindre pour aller sur une grande traversée en voilier avec toi.

    Merci pour tout ce que tu nous as donné.
    Ton beau-fils Sébastien x0x0x


  3. Jade Peladeau dit:

    Encore une fois, je vous souhaite Louise et à votre famille mes plus sincères condoléances. Ce fut un plaisir de le côtoyer, un grand homme qui aura laissé sa marque. Prenez bien soins de vous xxx


  4. André et Jocelyne Pomerleau dit:

    Nos sincères condoléances à Louise, la famille et tous les proches.
    Jocelyne et André Pomerleau


  5. Lise Chénier dit:

    Bon courage Louise et fils! ainsi que nos plus profondes sympathies.

    Lise et Denis Chiasson


  6. Laurie Denis dit:

    C’est les larmes au yeux mais, la tête pleine de beaux souvenirs que je lis vos messages. D’aussi loin que je puisse me rappeler Charles, mon parrain, m’a toujours fait rire. Nous avions cela en commun; le goût pour la taquinerie et les bonnes blagues.Lors des soirées, des fêtes de familles ,ou des vacances, il savait animé et j’étais toujours bon public! J’aurais aimé qu’il puisse émerveillé à sont tour, mon garçon avec un de ses « Humbuala »ou un hilarant « arrêtez ,arrêtez , c’est trop bon! ». Et si on peut mesurer le succès de ça vie par le bonheur qu’on a su apporter au autres, menoncle Charles à eu une vie sacrement bien réussie !!

    Je lui envoie tout mon amour et je m’appaise en me disant que nous pourrons bientôt, je l’espère, lui faire un hommage à ça hauteur.

    Laurie


  7. Lucie Gagnon dit:

    Mes condoléances chère voisine et amie, ainsi qu’à tes deux garçons que j’ai eu le plaisir de rencontrer. Vos beaux témoignages décrivent tellement bien la personnalité de Jean-Charles que j’ai connu durant un peu plus d’un an. Il m’a plu dès le départ et je suis d’autant plus sensible à votre peine. Lucie


  8. Paul dit:

    C’est avec le coeur gros que j’ai lu vos témoignages, ils sont vraiment touchant!

    Rappelons-nous toutes ces belles qualités pour apaiser la douleur du départ de Charles.

    Louise, Sébastien et Julien, mes plus profondes sympathies.

    Paul


  9. Cécile Plouffe et Richard Hamel dit:

    Nos sincères condoléances Louise , Sébastien, Julien et conjointes ainsi que les petits enfants , famille et amis(es).

    Jean-Charles à été pour nous un voisin depuis quelques années…Un homme charmant, positif, résilient, persévérent, optimiste et gardait toujours l’espoir d’avoir ses doubles greffes. Au fil des années il avait un courage à déplacer des montagnes. Il croyait en la vie et que demain serait meilleur.

    Des bons souvenirs où il était en bateau avec nous, il était si heureux. Le 4 juillet 2020 on s’est promené autour de la Baie St-François et on a été sur le lac jusqu’à St-Anicet voir leur ancien chalet…Un pur bonheur pour lui et Louise…Leurs yeux brillaient par leurs bons souvenirs.

    Avec la pandémie on ne pouvait pas se visiter, mais le 5 décembre on a prit un petit apéro pour souligner ses 62 ans le 7 décembre avec distantiation. C’est la dernière fois que j’ai vu Jean-Charles. Richard l’a revu quand Louise avait besoin d’aide en dernier.

    Nous gardons un très bon souvenir de Jean-Charles et quelques fois il venait prendre l’apéro sur notre grande galerie où il admirait les merveilleux couchers de soleil en sirotant un bon gin tonic. D’un regard remplie de douceur Il aimait venir et se sentait bien de voir le lac car nous avons une vue magnifique.

    Nous aurions espérer qu’il vive et profite encore plusieurs années mais la vie en a décidé autrement dans cette résiliation. On te dit au revoir dans une tristesse. Ce qui nous console c’est que tu ne souffres plus maintenant…Tu n’es pas loin …juste l’autre côté du chemin rejoindre les tiens. Que ton Âme Repose en paix. En ce moment endeuillé, bon courage Louise et Que Dieu te protège et re bénisse en tout temps. Tes amis et voisins Cécile Plouffe et Richard Hamel..


  10. France Savard et Gilles Lachance dit:

    Nos sympathies à toute la famille, Jean-Charles laisse un immense vide, mais quels beaux souvenirs vous aurez en pensant à lui. Vous avez tous une belle plume, quels beaux témoignages en son honneur. Nous pensons à toi Louise et tu pourras m’écrire quand tu voudras.

    France et Gilles


  11. Carole Dunlop dit:

    Condoléances ma belle Louise ainsi qu’a ta famille. Je garde un bon souvenir de Jean Charles avec les soupers que nous avons partagé. Je ne l’ai pas connue longtemps mais le peu que j’ai pus partager avec vous m’a fait connaître un homme doux et souriant même si la maladie etais présente. Ma première rencontre avec vous ce fût un transports à l’hôpital. Malgré celà, ce fût une belle rencontre. Louise j’espère être dans ta vie encore longtemps.xxx


  12. Denise Beaulieu dit:

    C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai lu vos témoignages, Louise, Julien et Sébastien. J’ai connu et reconnu Jean Charles à travers vos mots. Il a eu de la chance d’être tant aimé !

    J’ai eu le privilège de mieux connaître et apprécier Jean Charles à travers le travail bénévole, comme infographiste, qu’il a accompli pour le Centre Communautaire de Loisir de CDN que je dirigeais. J’ai pu mesurer tout son talent, sa rigueur et son professionnalisme. C’était un amoureux du travail bien fait et aussi, un amoureux de la langue française. Combien de fois, il a corrigé les textes que je lui remettais ! Pas la moindre erreur ne lui échappait !

    J’admirais aussi son intégrité, son sens de l’éthique. Combien de fois Louise m’as-tu rapporté les commentaires que Jean Charles émettait sur mes décisions de gestion ? Il m’a rassuré souvent, sans le savoir. C’était un honnête homme, sensé. J’avais confiance en son jugement.

    Je salue le courage dont il a fait preuve tout au long de sa maladie. Jusqu’à la fin il a cru qu’il y avait une solution à sa maladie, jusqu’à la fin il s’est battu. L’amour de la vie, même des plus petites choses, l’a animé jusqu’au bout. Pour ça, il a toute mon admiration.

    Bon courage Louise ! Que tout l’amour qu’il te portait t’aide à poursuivre ton chemin !

    Denise


  13. Lise Levesque dit:

    C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le départ de Jean-Charles. C’est avec les yeux pleins d’eau que j’écris ces quelques lignes.

    Tous les souvenirs que j’ai de mon beau-frère Charles ont été sous le signe de la joie de vivre, du rire et de la bonne humeur, il aimait tellement la vie.
    C’était un grand optimiste, un battant, confronté à la maladie dans sa jeune vingtaine, il nous a fait voir toute la force qu’il avait en lui de croire en des jours meilleurs. Dans son dernier combat, il a cru en la vie jusqu’à la fin.

    Charles était riche d’amour, il avait trouvé en Louise et les garçons son trésor. Il vous aimait tellement, vous étiez ses perles ,sa petite famille.

    Jean-Charles manquera à toute la grande famille Dubé, un fils, un frère et un beau-frère, un oncle , un mari, un père aimé de tous.

    Mes Condoléances
    Lise


  14. Jean Biron dit:

    C’est toujours triste d’apprendre le décès d’une personne.

    Malheureusement je ne connaissais pas autant Jean-Charles que la plupart d’entre vous mais; je sais que c’était une homme intéressé, attentionné et chaleureux.
    Que ce soit au chalet où à la maison, il nous a toujours accueilli avec le sourire magnifique et sincère qu’il avait.

    Louise a rencontré l’homme de sa vie et était fière de nous le faire connaitre avec raison et nous t’en remercions.

    Merci Jean-Charles d’avoir passé, si peu soit-il dans ma vie


  15. Hélène Proulx dit:

    Mes sympathies à toi Louise et à tous les proches de Jean-Charles.
    C’est une bien triste nouvelle, je l’appréciais énormément avec son humour qui me faisait toujours rire. C’était quelqu’un d’exceptionnel que je n’oublierai jamais.
    Je pense à vous tous en ces moments difficiles.


  16. François et Maguy dit:

    Bonjour Louise, bonjour à tous,

    C’est avec beaucoup de regret et de peine que nous avons appris du départ de notre cher Jean-Charles. Nos condoléances à toi Louise, ma chère sœur, ainsi qu’à toute sa grande famille, particulièrement à ses parents, Julien et Sébastien, et à tous ses proches. Tenez bon….nos pensées sont avec vous.

    Un Beau-Grand-Bon Homme nous a quitté mais de bons souvenirs restent avec nous tous.

    Je partage avec vous une petite toune bien appréciée de Jean-Charles. Je l’appelle l’hymne de JC (…flashback de Karaoké des années 90s!).

    https://www.youtube.com/watch?v=79Mwjz-2yY8

    Dans les derniers mois, je jouais beaucoup au scrabble en ligne avec lui. Son dernier mot fut « Renais ». Il est parti mais on sait où il est rendu….et il doit surement être en train de jouer…..

    Tu vas nous manquer le beauf. On pense à toi.

    On vous embrasse fort et bon courage

    François et Maguy


  17. Danielle dit:

    J’ai eu la chance d’avoir Charles comme grand frère. Cela ne fut pas toujours facile quand j’étais petite, car il aimait bien me prendre comme cobaye pour certaines de ses expériences.
    Mais une fois devenus d’adulte nous avons partagé tellement de beaux moments.
    Charles était vraiment un homme attachant.
    Son départ laissera un grand vide pour nous tous

    Mes sympathies à vous Louise,Julien,Sébastien.
    C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai lu vos touchants témoignages.
    xxxxx


  18. Lucie Dubé dit:

    Nous venons de perdre un membre de notre belle famille.
    Charles tu vas tous nous manquer.
    Nous nous souviendrons de toi comme un homme qui aimait la vie et savait apprécier chaque moment.

    Bon courage Louise

    Lucie


  19. Claudia dit:

    I feel blessed to have met Jean-Charles two years ago. I got to know what an amazing, funny, and kind person he was. I remember the lovely conversations the four of us had over dinner and how much he appreciated sitting outside and enjoying the beautiful backyard that Louise had created for him.

    I’m grateful for all that he has done for my husband Sebastien and my thoughts go to all those who will miss him so much.


  20. Sonia Pardo, Laszlo Juris et Claude Labelle dit:

    C’est avec un immense chagrin que nous avons appris la triste nouvelle du départ de Jean-Charles. Grâce à toi, Louise, nous l’avons bien connu et nous comprenons à quel point il a pu se montrer un extraordinaire compagnon de vie pour toi. Nous aussi, nous allons nous ennuyer de lui et nous partageons le fardeau de ta peine.

    Nous l’avons si bien aimé pour toutes ses belles qualités humaines (générosité, écoute, affabilité, sens de l’humour et de la vive répartie hors du commun, etc.) qui illustraient parfaitement son attachante personnalité. Quel merveilleux être convivial et sociable il fut, avec qui nous avons partagé tant de savoureuses conversations, que ce soit autour d’une table ou d’un verre sur la terrasse ! Comment oublier tous ces beaux moments passés en sa compagnie, spécialement ceux au chalet qui reste imprégné de sa présence ? On se rappellera en particulier des jours de l’an mémorables, ainsi que des jours d’été autour du foyer ou à bord du voilier , toujours discutant avec finesse, culture et humour sur une foule de sujets variés.

    On se souviendra également de sa vigueur et de sa force tranquille qui faisaient de lui une sorte d’ours à la voix douce. Comment oublier son étreinte , à l’instant de nous séparer après un délicieux festin en aussi agréable compagnie ? Ah, ses câlins chaleureux qui nous disaient tant son intense bonheur de goûter la joie de se rassembler entre amis !

    Certes, ces derniers mois, il projetait l’image d’un colosse aux pieds d’argile, mais on constatait qu’il avait toujours un bon cœur, bien que fragile, et un esprit tout aussi enjoué et agile.

    Dire que nous aurions pu faire encore de la voile et voguer ensemble sur les flots bleus du lac Saint-François, mais son état de santé en a décidé autrement. C’est plutôt son âme qui a largué ses amarres pour prendre le large et mettre le cap sur l’océan de l’infini …

    Cher Jean-Charles, où que tu sois, on ne t’oubliera jamais !

    Nos condoléances, Louise !

    Sonia, Laszlo et Claude


  21. Carmelle Simard dit:

    J’aimais bien mon cousin Charles lorsque nous étions enfants, mais nous nous sommes perdus de vue à l’âge adulte. Je tiens toutefois à présenter mes plus sincères condoléances à oncle Philippe et tante Germaine, ainsi qu’à tous les proches du disparu. Rien ne peut apaiser la tristesse ressentie, mais je vous souhaite beaucoup de courage pour continuer d’avancer.


  22. Michelle Simard dit:

    Je vous présente mes plus sincères condoléances oncle Philippe,tante Germaine, ainsi qu’à toute la famille.Je pense à vous dans ces moments difficiles.


  23. Lai dit:

    I struggle to find words here because, usually, in sending condolences, I find myself seeking to console. But I at a loss to find words that can somehow make this better.

    Jean-Charles was, undoubtedly loved. He was so easy to be around. He was always ready to laugh or crack a joke. From our observations, he was a great partner and parent.

    While there are so many more experiences that will never be, the experiences that *were* will never be erased.

    In this causal universe, the dominoes he touched will push forward through time to eternity.

    We are among the many who feel this loss and send our heartfelt condolences to Louise, Sebastien, and the rest of his family. For you, the loss is unimaginable.

    We feel lucky to have known him.

    The Lai family


  24. Brigitte dit:

    Oncle Philippe, tante Germaine ainsi qu’à tous les membres de la famille, j’offre mes plus sincères condoléances.
    Je vous embrasse.


  25. Madeleine dit:

    Charles a toujours été pour moi *mon petit frère*, même si il est devenu bien plus grand et plus fort que moi. Quand il était enfant, il trouvait toujours le moyen de se mettre dans de mauvais draps parce qu’il était curieux et essayait de nous faire rire par ses pitreries. Il est devenu un homme charmant et charmeur.
    Il restera dans mon cœur à tout jamais.
    Mes sincères sympathies à toi Louise!

    Parler de ses peines, c’est déjà se consoler.
    – Albert Camus


  26. Christine Grenier dit:

    Mes sincères condoléances à toute la famille de M. Dubé, je ne connaissais pas M. Dubé, mais je veux dire à M. Dubé là-haut, qu’il a vraiment de très beau témoignage et qu’il était un homme merveilleux, il va vous aider à passer au travers, bon courage, je tenais à vous dire que vous avez été chanceux de croiser cet homme et de l’avoir côtoyer, de tout coeur avec vous sincèrement. Christine Grenier


  27. Jacques dit:

    Charles, mon frère, mon ami, les souvenirs des moments partagés déferlent maintenant que tu as quitté ce monde que tu aimais tant. Je n’ai pas toujours été «fin» avec toi. Quand tu étais petit, j’étais plus grand et je te faisais des misères de grand; puis tu es toi-même devenu grand et fort et c’est moi qui ai reçu quelques coups, bien mérités ceux-là. Par la suite, nos luttes sont devenues plus subtiles, plus intellectuelles, souvent menées sur les 64 cases d’un échiquier. Que d’émotions nous avons vécues en nous affrontant avec fougue et passion dans ce petit périmètre!

    Par ailleurs, tu n’as jamais hésité à me dire mes quatre vérités et je te respectais pour ça, surtout que tu acceptais l’inverse. Il n’y avait pas de non-dit abrasif entre nous et c’est une des raisons pour lesquelles j’appréciais grandement ta compagnie, que ce soit lorsque nous habitions tous les deux dans ma maison de Gatineau ou lors de nos sorties de gars à Hull, à Montréal ou à New York ⏤ lorsque tu es venu m’y rejoindre en 1988; dans nos soirées interminables à jaser et à écouter de la musique, de même que dans les réunions de famille où tu savais insuffler une bonne dose d’humour, de sérieux et de chaleur humaine.

    Tu as été une «présence» ⏤ sans qu’il soit nécessaire d’ajouter un qualitatif. Et le vide laissé par ton départ est d’autant plus ressenti. Charles, mon frère, mon ami, la dernière page du livre de ta vie vient d’être tournée; ce fut un beau livre que le tien. Merci de l’avoir écrit!


  28. Diane Rioux dit:

    À Madeleine,

    Accepte mes plus sincères condoléances ainsi qu’à toute ta famille. Mes pensées t’accompagnent en ces tristes moments. Bon courage.

    Diane Rioux
    Rimouski


Veuillez partager vos souvenirs...




Holler Box